201911.12

La moitié des propriétaires ont l’intention de transmettre le contrôle de leur entreprise aux membres de leur famille, mais 74% n’ont pas un plan de relève complet… voire même de plan! Le site www.conseiller.ca, dans un article publié le 10 avril 2019, rapporte que les entreprises privées et familiales représentent 60% du PIB du Canada. Parmi les propriétaires d’entreprises familiales, environ la moitié ont l’intention de transmettre le contrôle de leur entreprise aux membres de leur famille. Malheureusement, 47% d’entre eux n’ont pas de plan de relève, tandis que 27% ont établi leur plan sans la participation de leurs successeurs. La situation est grave, mais la solution est simple : planifier.

Planifier : pour qui?

Qui a avantage à planifier le transfert d’une entreprise? Sans surprise, on peut affirmer que tous les impliqués y ont intérêt. Le cédant, qui a à cœur la pérennité de l’entreprise. Le repreneur, qui veut en avoir pour son argent. Les employés, dont le gagne-pain dépend du succès de la transition. Les clients, fournisseurs et financiers de l’entreprise, qui perdraient à voir celle-ci disparaître.

Un plan : pourquoi?

Le transfert d’une entreprise représente souvent la décision la plus importante qu’auront à prendre ses propriétaires. Du succès du processus de transfert dépend la continuité de l’entreprise et sa valeur.

Une bonne planification peut faire toute la différence dans le prix que pourra obtenir le cédant. Même si celui-ci ne pense pas transmettre l’entreprise de son vivant, il lui faut s’assurer que son décès ne se traduise pas en la dissolution de son entreprise et l’évaporation de son capital.

Le cédant qui souhaite jouir de sa retraite après la vente de son entreprise doit avoir fait les bons choix en termes de placement. Il doit aussi s’être accordé le temps nécessaire pour se détacher de son entreprise et pour penser à la manière dont il s’occupera après la transaction. C’est souvent une démarche très personnelle et on aurait tort d’en sous-estimer la complexité. Même si cette analyse peut être difficile à faire, c’est une étape nécessaire pour aider à examiner, à interroger et, idéalement, à résoudre toute anxiété ou insécurité pouvant survenir de la vente d’une entreprise.

Les propriétaires d’entreprise craignent parfois de laisser leur réalisation entre « les mains d’une personne étrangère» à leur projet, mais en quoi la laisser à une personne intéressée est-il moins effrayant ? Il faut aussi éviter de tenir pour acquis que les membres de la famille auront l’intérêt voulu pour prendre en charge la gestion de l’entreprise. Même lorsque ceux-ci auront à cœur de prendre la relève, il faut s’assurer qu’ils disposeront des connaissances et des aptitudes propres à leur permettre de connaître du succès à la tête de l’entreprise.

Comme dans toute décision d’affaire, il faut penser aux impacts fiscaux du transfert. Plus tôt on s’attaque à ces questions, plus il est facile de trouver des options propices à réduire le coût fiscal de cette transaction.

Enfin, le passage du flambeau entre le cédant et le repreneur se traduira sans doute en une transformation de l’entreprise. Il faut donc se préparer à gérer le changement organisationnel que cela implique. Il faut aussi se prémunir contre les risques de perte de connaissances et d’expertise de l’organisation.

Dans tous ces cas, l’élaboration d’un plan tenant compte de tous les aspects d’une transaction commerciale sera davantage bénéfique que de découvrir différentes surprises que peuvent entraîner des changements mal planifiés.

Un plan : quand?

Il n’existe aucune règle quant au moment auquel il convient de débuter la planification du transfert d’une entreprise. L’auteure Nancy Fortin, dans son ouvrage intitulé La vente d’une entreprise : une check-list multidisciplinaire, propose aux cédants de commencer à se préparer deux ans avant la vente. D’autres préfèrent lancer le processus de nombreuses années à l’avance, surtout dans le cadre d’entreprises familiales ou encore pour les entreprises qui seront reprises par leurs employés et gestionnaires.

En réalité, il faut reconnaître que plusieurs entrepreneurs ne disposeront que de quelques mois pour se préparer à la transaction. Des situations imprévues peuvent provoquer le retrait du fondateur bien avant ce qui avait été envisagé.

Ce qui compte, en définitive, c’est de s’assurer de travailler d’une manière qui évite l’improvisation.

Planifier : comment?

Le transfert d’une entreprise comporte des facettes humaines, opérationnelles, fiscales et légales. Il importe de bien s’entourer. Votre avocat d’affaires, s’il est formé spécialement pour gérer des dossiers de transfert d’entreprise, pourra vous aider à composer votre équipe de spécialistes. Il pourra également agir comme chef d’orchestre pour coordonner le travail de chacun de ces spécialistes.

Crédit Photo : photo de Headway à Unsplash

Pour en savoir plus sur les transferts d’entreprise, les fusions et les acquisitions, consultez ces articles.